Une économie menacée en Afrique

 Chaque année, des sautériaux et locustes détruisent les cultures de pays en développement et compromettent ainsi l'équilibre alimentaire souvent fragile des populations locales.

En effet, lorsque les criquets s'attaquent aux cultures de ces pays (africains pour la plupart), ceux-ci ne peuvent pas commercer avec les autres pays, ce qui affaiblit grandement l'économie nationale : ces régions du monde sont souvent peu industrialisées, et vivent principalement du commerce avec les grandes puissances économiques planétaires. Dans cette mondialisation inégale, où les plus pauvres vendent à bas coût leurs matières premières aux plus riches, qui créent alors des produits transformés, revendus bien plus chers aux populations de départ, les pays touchés par de grandes invasions de criquets ne peuvent plus lutter, ni subvenir à leurs besoins alimentaires, souvent délaissés au profit des échanges mondiaux.

Les années à criquets, les agriculteurs craignent le pire pour leur récolte : en 1974, les criquets avaient fait perdre 400 000 tonnes de céréales aux populations du Sahel. L'invasion des années 1987-89 avait coûté 700 millions de dollars dans vingt-trois pays : 32 000 tonnes d'insecticides avaient été répandues sur vingt-six millions d'hectares. La dernière invasion date de 2003-2005; celle-ci avait coûté 300 millions de dollars aux pays touchés (en Afrique et au Proche-Orient) ainsi qu'à la communauté internationale pour traiter treize millions d'hectares.

   

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site